Resident Evil FR
HyperServ.fr


Mangas Resident Evil

Mangas Resident Evil



– RESIDENT EVIL Marhawa Desire est un manga officiel de la saga, scénarisé par Capcom. Il fait la liaison entre RESIDENT EVIL 5 et RESIDENT EVIL 6, en retraçant les évènements du lycée Marhawa.

– RESIDENT EVIL Hevenly Island est aussi un manga officiel de la saga. Il se situe entre les épisodes 6 et 7.

Du type Seinen, ces mangas sont aussi gores que les jeux. Pour un public averti donc…



SOMMAIRE :

Marhawa Desire Tome 1
Marhawa Desire Tome 2
Marhawa Desire Tome 3
Marhawa Desire Tome 4
Marhawa Desire Tome 5

Heavenly Island Tome 1
Heavenly Island Tome 2
Heavenly Island Tome 3
Heavenly Island Tome 4
Heavenly Island Tome 5

Marhawa Desire critique
Heavenly Island critique

Mangas Resident Evil

Sortie France : 14 Juin 2012 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– Note 7/10

Située non loin de Singapour et réputée pour son enseignement d’excellence, l’école Marhawa accueille l’élite des étudiants venus de toute l’Asie . Mais à la nuit tombée, le mal rôde dans les salles de classe. Doug Wright, professeur éminent en biotechnologies, est appelé en urgence car d’étranges symptômes commencent à se manifester parmi les élèves du prestigieux établissement. Soupçonnant un danger biologique de grande ampleur, il veut contacter Chris Redfield, agent du BSAA luttant contre le bioterrorisme…

Un premier tome plutôt plaisant pour commencer. Rapide topo des personnages et une action qui se met vite en place. Très bien, mais le reste devient un poil expéditif par la suite, et on regrette que ce ne soit pas ‘mieux’ rythmé : Ricky, par exemple, va en deux minutes faire la connaissance des filles du lycée et se donner un costume de héros pour leurs beaux yeux dans la foulée. Mouais…ça mériterait d’être un peu plus construit tout ça.

– MrTrent



Mangas Resident Evil

Sortie France : 13 Décembre 2012 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– Note 8/10

Bien décidés à secourir le groupe de travailleurs coincés dans le sous-sol de l’école, le professeur Wright et ses compagnons découvrent l’impensable : des zombies rapides et agiles. Quelqu’un aurait-il pu modifier le virus T afin d’en améliorer les effets ? L’enquête sur ce complot bactériologique se poursuit…

Ici la présence (enfin) de temps morts donnent un peu plus d’impact aux phases d’actions (cf. les scènes dans les souterrains). A contrario, on a toujours de la psychologie de bas étage chez les personnages. La mère Gracia, les élèves et les employés, ne sont pas du tout crédibles…ou sont des demeurés ? On retrouve de la part de Capcom la super ‘coïncidence’ (concernant la père de Nanan que Chris rencontre comme par hasard). Une habitude dans la série me direz-vous ! Néanmoins, malgré ça, ce tome semble meilleur que son aîné (pour le côté équilibré entre l’action et l’inaction), car la lecture reste agréable.

– MrTrent



Mangas Resident Evil

Sortie France : 7 Mai 2013 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– Note 4/10

Qui est Nanan et quel drame mère Gracia essaie-t-elle de cacher à son entourage ? Malgré le danger qui plane, la directrice décide de maintenir la fête de l’école. Une situation qui s’avèrera catastrophique pour les élèves. Les festivités risquent de se terminer dans un véritable bain de sang.

Que dire ? Le tome de la déception, pour faire simple. On espérait une bien meilleur explication que ça. C’est un gros problème chez Capcom, les scénarios. Ici la première partie du manga explique l’origine des choses, mais c’est trop léger et incohérent partout. Sur le fond car la femme à la capuche est là comme par magie quand il faut, et sur la forme car Nanan passe d’une fille faible à une cador d’art martial en l’espace de deux pages. Euh…WTF ?! Quand à la seconde partie du manga, là on comprend qu’on a une école de sociopathes.. Résultat, on se contrefout au final du massacre qui a lieu…c’est inquiétant. Un manga invraisemblable, faisant ni chaud ni froid.

– MrTrent



Mangas Resident Evil

Sortie France : 10 Octobre 2013 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– Note 7/10

La pandémie ronge l’école de Marhawa. Bindi, à présent métamorphosée en arme bio-organique, poursuit sa vengeance sanglante et sème la mort sur son passage. Elle ne semble pas vouloir s’arrêter avant que tous les élèves jusqu’au dernier ne soient morts ou transformés en zombies.
Les survivants parviendront-ils à sortir de l’enfer qui se déchaine au sein de l’institut Marhawa ?

Dans ce volume nous avons surtout des phases d’actions. La mise en scène reste globalement correct. On en apprend plus sur Merah, et je dois dire que c’est le seul personnage qui depuis le début s’apprécie vraiment dans ce qu’elle est. Elle a du punch…bien que ses capacités fassent plus acrobate de cirque qu’autre chose… Un bon point tout de même, et surtout un tome qui se veut s’en prétention et le fait plutôt bien. En tout cas mieux que le tome d’avant… Le reste, nous verrons lors du dernier tome pour juger tout ça.

– MrTrent



Mangas Resident Evil

Sortie France : 13 Mars 2014 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– Note 4/10

Face aux tentacules et au virus aérien qu’expire Nanan, Chris doit livrer un combat comme il n’en avait jamais mené ! Et c’est au coeur de cette violence qu’apparaît la mystérieuse « femme à la capuche » responsable de la pandémie qui frappe l’école… Quelle sera l’issue du combat final !?
Inclus, un épilogue exclusif se déroulant en Chine, quelques mois après l’attentat !!

Le dernier tome. Et bien heureux de voir la fin vu comme ça part en sucette ! Le seul personnage qui tirait son épingle du jeu, il faut qu’il finisse ainsi ! De quoi être aussi amer que le tome 3 à la fin… Alors certes le manga lance Resident Evil 6 comme il faut, mais là encore, grosse question toujours sans réponse : Pourquoi une attaque à Marhawa ? Juste comme ça ? Rien de concret pour l’expliquer ! On ne fait que déduire et on ne le saura jamais… Je vous laisse ici et vous donne rendez-vous dans l’analyse plus détaillée (sur l’ensemble de Marhawa Desire) pour en parler.

– MrTrent



Mangas Resident Evil

Sortie France : 2 Juillet 2015 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– Note 6/10

Idol Survival, sorte de Koh Lanta composé uniquement de mannequins et de belles actrices, est une émission ultra-populaire dans le monde entier, dont le nouvel épisode se tourne actuellement sur l’île de Tortuga. Mais le tournage ne sera pas de tout repos, car Claire Redfield, spécialiste du bioterrorisme, enquête sur cette même île suite à la découverte d’un poisson infecté par un virus…

Le synopsis donne une image très clichée du manga. Mais la toile de fond contrebalance assez vite le truc (mais bon…), via Claire d’une part et via un des membres de l’équipe du tournage des filles (Mike) qui a un lien méconnu avec les évènements. L’autre héros (en plus de Claire Redfield) est Takeru Tominaga de l’autre (jeune assistant dans l’émission de téléréalité), et il est un fan de films de zombies (bah tiens !). Le rythme narratif reste bon, et si on ne compte pas les plans de fessiers/nibards inutiles, le scénario affiche quand même des incohérences de chocs. La plus flagrante sera celle de Mike au côté d’une candidate, qui sera capable de sembler à la fois apeurée et faiblarde, pour fracasser des humains (oui des humains bien vivants) à mains nues et revenir à son état normal ensuite (toujours en suivant le dénommé Mike). Une bonne dose d’explication se fait attendre…espérons-le ! La deuxième question qu’on se pose, c’est pourquoi un virus infecte, semble-t-il, certains poissons, mais ne se répand pas beaucoup (autres espèces)… Les seuls points de plaisir dans ce tome seront donc Claire Redfield, et une gestion des ennemis assez respectable (l’homme vaudou et l’espèce de monstre au harpon de l’autre – qui a des objectifs définis semble-t-il). Un tome qui en somme apporte des énormités scénaristiques (voulues ou non, c’est à voir) et des éléments intriguant. A confirmer tout ça (restons optimistes !).

– MrTrent



Mangas Resident Evil

Sortie France : 14 Janvier 2016 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– Note 7/10

Après avoir découvert que l’île paradisiaque abritait autrefois un laboratoire de recherche dirigé par Spencer, le créateur du Virus-T, Claire tente de contacter Inès. Mais celle-ci, prisonnière dans un temple de l’île, est aux prises avec une arme bio-organique…

Le début apporte de la matière au premier. On sait enfin que la femme qui suit Mike jouait aussi un rôle, donc ça crédibilise son attitude passée. Et le tournage de la téléréalité compte servir de tremplin médiatique à l’attaque bioterroriste. Ok, ça devient de fait plus concret, même si ça ne justifie pas les scènes de nibards qui n’apporte rien. Là où on reste incrédule, c’est lors du pique-nique de Takeru et Miya l’air de rien, alors qu’ils ont faillis mourir. A croire qu’on passe dans du Shonen par instants…et en quoi faire du camping est une connaissance de Geek ?! Outre ça, nous voyons des zombies qui nagent (no comment…), et une Claire qui nomme Chris « petit frère » (alors qu’il a 6 ans de plus…). Après il y a pas mal d’affrontement, mais ça reste sympathique et dynamique pour le récit. Et on sort de plus en plus du cliché du premier tome, ce qui soulage un peu avouons-le !

– MrTrent



Mangas Resident Evil

Sortie France : 8 Septembre 2016 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– Note 5/10

Ravagée par une pandémie, une île paradisiaque se transforme en enfer. Terrorisées, les starlettes en maillot de bain tentent de fuir l’étrange ‘Harpouilleux’ et le ‘Diable aux Hélices’, une monstrueuse B.O.W. Claire, qui a reçu un signal de détresse de la zone contaminée, a demandé de l’aide à Chris, de la BSAA…

Autant la première partie passe : on en apprend plus sur le personnage de Braun (qui faisait la sécurité au sein de l’émission de téléréalité), il prend de l’ampleur en expliquant son passé, mais là encore le hasard fait trop bien les choses et au final on ne sait pas le pourquoi du comment de sa présence (sauf un énième hasard scénaristique). Ensuite lorsqu’on arrive au combat à mains nues contre l’homme aux hélices, ça en ajoute une couche. Et quand on voit Parker (Resident Evil Revelations) qui débarque, on cherche les explications ! Chris, à la fin du tome dernier, disait que c’était sous la direction de la branche Sud Américaine (Parker fait parti du groupe européen ici), et qu’il ne pouvait pas intervenir. Donc que fait Parker ici ?! La fin ouvre sur un personnage mystérieux (en look Hunk de Resident Evil 2). Le seul suspense de ce tome en gros, qui réside en une image. Ah oui, bien entendu, vous aurez droit aux plans sur string et nibards, histoire de ne pas perdre l’intérêt en route (on ne sait jamais, l’auteur se rassure comme il peut…). Heureusement qu’il y a du rythme, ceci sauve la note…

– MrTrent



Mangas Resident Evil

Sortie France : 6 Juillet 2017 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– 8,5/10

Grâce à la note de Parker, un membre de la B.S.A.A., Claire et son groupe parviennent jusqu’à un complexe souterrain caché sur l’île. C’est là qu’en grand secret, Spencer, le fondateur de l’Umbrella Corporation, a fait construire un immense laboratoire de recherches sur les armes biologiques. Quelle terrible vérité cachent les « trésors maudits » qui y sommeillent encore… ?!

C’est certainement le meilleur tome depuis le début. Il mélange action et réel intérêt au niveau du scénario de fond : des phases de gun-fight contre les A.B.O (petite mention au Hunter qui fait plaisir à voir – bien qu’il semble un peu mollasson), du fight entre monstres, des personnages assez juste dans leur attitude (sauf Tominaga face à Lola, qui nous fait une crise de conscience un peu égoïste…mais bon…), et des révélations ou points d’éclaircissements sur le laboratoire souterrain (origine, but, etc). Un mélange donc plutôt homogène et qui boucle bien ce volume, duquel on ressort agréablement surpris ! On est bien au dessus du tome 3 (ouf !), et le seul moment dubitatif reste le cas du ‘sorcier’, se demandant au final pourquoi tout ce remue ménage pour au final voir…’ça’. Peut-être que le dernier manga reviendra dessus pour donner plus de consistance à la chose, bien que l’attention du lecteur sera axée sur l’équipe qui compte débarqué sur l’île. Reste toujours 2-3 plans de boobs par ci par là, bien que moins importants que dans le tome 3.

– MrTrent



Mangas Resident Evil

Sortie France : 7 Decembre 2017 / Editions : Kurokawa / Prix : 7,65€

– 8/10

Le ‘Projet KODOKU’, mené en secret sur l’île par des survivants de l’Umbrella Corp, dans le but de créer le plus puissant des monstres, prend fin lorsque ‘Harpouilleux’, qui a vaincu ‘Le Diable aux Hélices’, devient l’ultime survivant. Témoin de ces évènements, Zili, se met à agir d’une manière très inattendue pour une prétendue actrice… ?! Quelle sera l’issue du combat ultime mené par Claire et Tominaga, impliqués malgré eux dans cet abominable cauchemar… ?!

Cette fois le manga est conclu, contrairement à Marhawa Desire, de façon plus propre, où l’on se pose moins de questions. Les petites interrogations restantes n’auront certes pas de réponses, mais le sentiment qui prédomine reste agréable et on ne cherche finalement pas à s’y attarder. Ici donc, ce dernier tome se découpe en deux parties : Les premiers 3/4 du tome, où c’est plutôt pas mal, avec une assez bonne gestion de l’enchainement des scènes, et d’ajouts sentimentaux qui ne sont pas forcément désagréables à lire (ça reste gentil et avec de plein de bonnes intentions). Le seul hic qui vous fera sans doute sourire, sera le cas Tominaga, qui s’en sort étrangement très bien dans son gun-fight. Rappelons que c’est un simple caméraman, mais qu’il fait bien mieux que des soldats surentrainés…! Ensuite, le dernier quart se veut être un twist final, mais ne surprend en rien : on sent sous nos mains qu’il reste un paquet de pages à lire, le contraire serait étonnant pour le coup… Malgré ce petit détail, c’est surtout une peur d’en faire trop qui va rendre la lecture un peu moins agréable. C’est une surenchère qui de surcroît n’est pas très crédible (une équipe du BSAA ne vérifie pas qu’une A.B.O est bien HS avant de passer à autre chose ?!). Quand à la blessure du personnage derrière, sans conséquence, elle pourrait en faire tiquer plus d’un, mais le scénario de fin arrangera tout le monde dirons-nous. Au final, comme la grosse hérésie scénaristique semble ne pas avoir lieu, le soulagement sera de mise et on s’estimera assez heureux que ça finisse ainsi et non autrement. Enfin la dernière image (vous comprendrez en lisant) accentuera une scène finale pas mal du tout, et bouclant une boucle de façon agréable.




Marhawa Desire – Critique globale

Marhawa Desire, ou le concept même du ‘je peux faire bien mieux mais je me foule pas’.

En gros, écrit vite et sans aucun approfondissement. Il y a quelques idées en fond de scènes, mais le reste on passe un peu à côté…

Le scénario est banal à la base, mais rien alimente les choses. Rien qui ne le justifie. Pourquoi Marhawa ? On devine/déduit que le lieu isolé justifie la chose, et que ça peut être un bon endroit de test…

Ok, mais pourquoi ne pas le dire ?! Je suis sûr que ça rentre sur 1-2 pages, tout au plus. Ajoutez un brin d’implication personnelle et ça pouvait vraiment marcher !

Niveau personnage, on a Gracia, qui est une vraie tête à claques, et qui peut largement justifier une attaque…mais non, rien, on ne sait rien. C’est frustrant car aucun fond réel, autre que des suppositions, ne peut appuyer le récit global.

Donc ici nous avons une oeuvre moyenne au final. Très dommageable car le rythme est plutôt bon. Sauf le premier, où ça semble un poil précipité. Mais les autres enchainent un rythme plus ‘cool’, ce qui laisse une lecture plutôt agréable. Les deux premiers tomes étaient pour le coup prometteurs, ainsi que le quatrième. Mais tout ça, ce fut avant le personnage de Merah…vous comprendrez en lisant.

Pour en revenir aux personnages, c’est donc là aussi trop superficiel (on en revient au problème de réaction émotionnelle de la part du lecteur). Ici nous avons soit des sans charismes (Dough, Ricky…), soit carrément les pires ordures/psychotiques/barges (choisissez ce que vous voulez) du monde. Les élèves, le personnel de l’école, Gracia… Et aucune dualité entre ‘bon(s)’ et ‘méchants’. Très cliché à dire, mais c’est ce qui marche un minimum à mon sens. Ou alors, à la limite, si on part dans un choix tranché (ce qui est une idée après tout), au moins la laisser et sans se faire ‘bouffer’ par le reste (ici les personnages sans charismes) ! Ce serait un choix, mais au moins un choix ferme. Pas de mi-figue, mi-raison, qui frustre la lecture une fois le dernier tome lu.

Au final Marhawa Desire à beaucoup de lacunes, et sauf une bonne dose de curiosité, rien ne vous force à le lire. Le scénario apporte du vent, et sauf un souhait ferme de votre part, vous pouvez vous passer de cette lecture pour la compréhension de la saga. Et si vraiment vous souhaitez acheter ces tomes, alors là oui, vous ne regretterez pas votre achat.



Note globale : 6/10


Heavenly Island – Critique globale

Globalement, Resident Evil Heavenly Island est meilleur que Marhawa Desire. Pourtant, la première impression quand on le découvre freinera pas mal d’ardeur ! Ce qui en semble en ressortir c’est une oeuvre dans laquelle on pourra zieuter des filles en petites tenues, au milieu d’une catastrophe typiquement Evilienne (un virus qui se libère). Un bon gros cliché de série B !

Mais ici il ne prendra pas le pas sur l’oeuvre dans son ensemble, nous vous rassurons. Alors oui, il y a des moments qui exacerberont votre lecture (ou pas…c’est selon…), mais la globalité est beaucoup plus intéressante que ça. On regrettera donc d’avoir mis en avant, dès le début, cet aspect de minettes à matter (tome 1 à 3), comme si c’était pour justifier une forme d’intérêt pervers à lire ces mangas (et donc de les vendre pour d’autres raisons que la trame de fond…).

Mais une fois dedans, nous pouvons vous assurer qu’il sera difficile pour tout amateur de la saga de ne pas trouver un intérêt quelconque à l’histoire (contrairement à Marhawa Desire). Nous en apprenons un peu plus au moins ! Pas des masses, certes, mais juste ce qu’il faut pour se dire que le scénario n’est pas inexistant. Voilà où est la grosse différence avec la précédente série de mangas (voir/lire l’avis sur Marhawa Desire juste au dessus de ce texte pour comprendre).

Ici donc, non, vous ne perdrez pas que du temps. Ce qui en fait une raison suffisamment grande pour la lire. De plus, les personnages semblent de façon générale bien plus justes dans ce qu’ils sont. Les reproches qu’on pourrait leur faire sont en fin de compte plutôt léger, et peuvent ‘passer’ dans votre lecture (vous ne radoterez pas dessus, voilà l’idée).

Le tout vous offre en verdict une globalité plutôt satisfaisante, et avec une lecture qui vous est donc conseillé en tant que fan de RE.



Note globale : 7/10

RESIDENT EVIL FR | 2000 - 2018 | Tous droits réservés.
Resident Evil est Copyright © 1996-2018, CAPCOM, tous droits réservés.


RESIDENT EVIL FR .COM